Université de Technologie Ouverte Pluripartenaire.

Les premiers succès du démonstrateur DAEU

  • Pourquoi le DAEU ?

Les jeunes et adultes ayant subi un échec au bac sans possibilité de se représenter ou ayant suivi une scolarité non sanctionnée par la présentation de l’examen ne peuvent pas poursuivre des études supérieures ou s’orienter vers des qualifications professionnelles.

Le Diplôme d’Aptitude aux Études Universitaires (DAEU) autorise une entrée dérogatoire en licence ou IUT ; certes, une préparation en présentiel au DAEU est proposée par un grand nombre d’universités sous effet de contrainte d’exiger une année de formation de 250 h en milieu universitaire.

Outre le coût des droits universitaires de la formation continue (2200 à 2500 €), les charges indirectes (transport, hébergement, difficultés ou perte d’emploi) et les incidences sociales (éloignement, perte du lien social) dissuadent la plupart des jeunes ou publics précaires de tenter l’aventure.

De même, les formules CNED se révèlent peu positives en termes de résultats.

  • La solution DAEU

UTOP propose d’inscrire les stagiaires sur une plateforme, de leur livrer une formation individualisée (sur un PC ou une tablette), à leur rythme, tutorée par des professeurs d’université, suivie par une équipe pédagogique de proximité, sous technique de blended learning) par convention avec les organismes sociaux concernés (Missions locales, Collectivités locales et CAF pour les allocataires RSA...) impliqués dans la mission formation « compétences clés » ou « actions de formation individualisées ».

  • Les premiers succès du DAEU

L’opération DAEU 38 s’est couronnée de succès : sur les 8 inscrits, 7 Isérois ont obtenu leur équivalent Bac. Ils ont désormais la possibilité de reprendre des études supérieures. « Il y a une réelle envie, pour le public jeune, d’entrer dans le milieu professionnel » souligne Jean Hirigoyen, à l’origine du projet. Or, dans la plupart des cas, il faut au moins pouvoir présenter un niveau bac. C'est chose faite pour 7 d'entre eux !

  • L’avenir ?

L’objectif de cette expérimentation en Isère était de démontrer que le numérique, associé à un encadrement de proximité, pouvait être un vecteur de retour en formation puis à l’emploi de publics « empêchés » (territoires isolés, niveau de formation faible, handicap, etc.).

Cette action pilote a donné naissance à une généralisation nationale, le projet SONATE, dont nous ne manquerons pas de vous parler très prochainement…

Jean Hirigoyen10 déc 2015
Catégorie: 
Mots clés: