Université de Technologie Ouverte Pluripartenaire.

Rencontres inter IDEFI, Grenoble les 16 & 17 juin 2016

Les 16 et 17 juin 2016 a eu lieu sur le campus de Saint-Martin-d’Hères à Grenoble, la deuxième rencontre thématique inter IDEFI, elle faisait suite à celle de l’année dernière à de Rennes : 29 projets sur 36 étaient présents, ce qui montre l’intérêt des différents porteurs d’échanger et éventuellement de développer des collaborations croisées.

Ces 3 demi-journées ont permis de faire un bilan à mi-parcours sachant que ces initiatives se terminent en 2019 (nous sommes la seule qui ne dure que 5 années), avec une grande diversité des contenus et objectifs.

 

Le numérique est entré pratiquement dans tous les projets - certains ayant créé ex nihilo des équipes de 10 personnes à temps plein, en recrutant pédagogues, graphistes, gestionnaires de plateformes, responsable marketing ! À noter le dispositif de formation européen MIRO, avec son diplôme « Blanc » autour du tourisme - dont le contenu est défini par l’objectif de compétences de chacun des apprenants qui construisent eux-mêmes leurs parcours. Plusieurs IDEFI peuvent trouver des intérêts communs, comme ENEPS, ADICODE voire IVICA du CESI ou INNOVALANGUES avec le(s) nôtre(s).

 

Premier temps fort, l’intervention de Grace Neville, Présidente du jury international. Elle a insisté sur la dynamique de décloisonnement des universités suscitée par ce type d’initiative en soulignant qu’il n’y a qu’en France qu’il existe un tel intérêt des politiques pour l’enseignement supérieur. Pour elle, si tous les dossiers ne démontraient pas des innovations pédagogiques flagrantes, ces IDEFI montraient une volonté de changements des cultures au sein des organismes d’enseignements. Aujourd'hui, on salue leurs relations avec les autorités locales : cela provoquera-t-il un changement durable ? Il en va de la pérennisation des projets. Il faudrait que les IDEFI puissent être des sujets de recherches.

Deuxième temps fort, synthèse des remarques à mi-parcours des IDEFI par Laurent Cosnefroy, Responsable du programme IDEFI. Après les rappels plus ou moins classiques des fondamentaux sur la finalisation et le pourquoi de la construction des projets, il apparaît qu’il existe des flous persistants sur les démarches, sur les objets de l’innovation, sur les choix des ressources, et finalement, sur le contenu des programmes. La formation tout au long de la vie est le parent pauvre : il y a peu d’actions à l’attention des adultes, pourtant, il existe un marché. On note également un manque d’ouverture internationale : même si ce contour est « difficilement cernable », les projets doivent et/ou peuvent s’inspirer de ce que font nos voisins !

 

En marge des travaux, un échange des présents a confirmé qu’il n’était pas nécessaire pour faire vivre ces rencontres de créer une association jugée trop lourde qui risque par ailleurs de « figer » les IDEFI dans un club sachant qu’elles doivent créer des ruptures et non, être des fins elles-mêmes.

Thierry Buvat21 juin 2016
Catégorie: 
Mots clés: